penurie-agent-de-securite

Au troisième trimestre le secteur privé a créé 96.100 emplois, soit une augmentation de 0,5% en trois mois. Le secteur de la sécurité privée suit la même tendance ; les offres d’emplois se multiplient cependant les entreprises commencent à avoir du mal à recruter laissant prédire une pénurie d’agents de sécurité à venir. Décryptage de la situation.

Une hausse de la demande pour le secteur de la sécurité privée, mais du mal à recruter

Il n’y a plus de débat possible, le secteur de la sécurité a prouvé maintes et maintes fois qu’il est indispensable au bon fonctionnement de notre société.

Entre Passe Sanitaire et hausse de la délinquance, de plus en plus d’entreprises font appel à des sociétés de gardiennage afin de bénéficier de leur expertise et de leurs agents qualifiés, il est donc logique que les offres d’emploi se multiplient, suivant les tendances de recrutement du secteur privé.

Cependant, les employeurs se heurtent à un problème qui, loin d’être nouveau, est sous-jacent depuis maintenant plusieurs années : la difficulté à recruter.

Cette pénurie qui touche les entreprises de sécurité est loin d’être un problème isolé selon Eric Chevée, vice président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) : « Les choses sont assez claires. Nous avons fait une enquête auprès de nos adhérents sur la deuxième quinzaine d’août. Nous avons posé la question pour savoir s’ils recrutent aujourd’hui et s’ils ont des difficultés de recrutement. Les taux de réponse sont : 19 % des entreprises ayant répondu recrutent sans difficultés contre 44 % d’entre elles qui recrutent avec des difficultés. Le reste des 37 % ne recrutent pas actuellement », a décrypté Eric Chevée, vice président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME).

En ce sens Johan Rousseaux, Responsable RH du Groupe BSL Sécurité explique « D’une part, la sécurité des biens et des personnes étant un enjeu majeur nous avons une demande d’agents de sécurité en hausse constante ; avec des qualifications attendues qui sont de plus en plus techniques. D’autre part, le secteur de la sécurité privée est un secteur peu considéré (rappelons, par exemple, que lors de la crise sanitaire les agents de sécurité n’ont pas pu bénéficier de la prime COVID alors qu’ils étaient exposés au Coronavirus quotidiennement) et qui n’est pas valorisé à son juste niveau : la majorité des donneurs d’ordres n’étant pas enclins à payer le prix juste pour ces prestations pourtant essentielles. Pour toutes ces raisons, il attire moins de talent. Cette conjoncture a mené à la pénurie d’agents de sécurité que nous connaissons aujourd’hui. »

Mais, il est important de souligner que dans le secteur de la sécurité privée, la problématique ne vient pas seulement de la reprise économique, bien qu’amplifiée par celle-ci. En effet, plusieurs signaux étaient déjà à l’orange avant la crise sanitaire et ont été ignorés (et continuent de l’être), menaçant d’une pénurie qui pourrait mettre en péril, entre autres, la sécurité des Jeux Olympiques de 2024 si une solution n’est pas trouvée rapidement.

Bien évidemment la question se pose : Pourquoi assiste-t-on aujourd’hui à une pénurie d’agents de sécurité ?

Un métier qui n’est pas assez valorisé

Pourquoi est-ce-que, alors que les besoins en sécurité privée sont en constante augmentation, le secteur n’attire pas plus les candidats ? Pourquoi les entreprises n’arrivent-elles pas à recruter ? Quelles sont les raisons qui ont mené à cette pénurie ?

La réponse est simple : le métier d’agent de sécurité n’est pas valorisé !

Il n’est pas valorisé par les donneurs d’ordres, qui souhaitent bénéficier d’une expertise sans en payer le prix.

Il n’est pas valorisé par les entreprises de sécurité qui acceptent de pratiquer le dumping de prix et de vendre à des taux de marges ridicules voire négatifs.

Le tout résultant à des salaires qui ne peuvent donc pas être augmentés, malgré des conditions de travail compliquées et un savoir-faire propre.

En effet rappelons qu’un agent à besoin de 175 heures de formation pour être autorisé à travailler. Loin d’être une mauvaise chose, cela empêche cependant un recrutement massif.

Alors que l’horizon 2024 approche à grands pas, le grand défi du secteur de la sécurité privée est de se donner les moyens recruter les 50.000 agents dont la France aura besoin pour les Jeux Olympiques et éviter de reproduire le fiasco qu’avait vécu la Grande Bretagne en 2012 suite à la défaillance de G4S.

Le secteur est-il prêt à se donner les moyens de bouger les lignes pour attirer de nouveaux talents ? Il ne va pas avoir le choix si il souhaite relever le challenge des Jeux Olympiques.

Sources :

https://www.ouest-france.fr/economie/emploi/emploi-comment-expliquer-la-penurie-de-main-d-oeuvre-qui-menace-plusieurs-secteurs-2a63e15a-21c2-11ec-80c3-e73d0362011e

https://www.lefigaro.fr/conjoncture/les-penuries-de-main-d-oeuvre-menacent-la-reprise-economique-20210908