Urgence Sécurité veut encore peser sur la profession

collectif-urgence-securite

Les trois membres du collectif qui ne sont pas membres du GES (BSL, Byblos et Torann) pourraient y adhérer prochainement

Urgence Sécurité, créé en juin 2018 par dix chefs d’entreprise parmi les plus importants de la surveillance humaine avec pour objectif d’inciter au rapprochement de l’USP et du SNES (voir ETS n°656), a décidé de poursuivre son travail pendant quelques mois encore, annonce Patrick Senior, un des fondateurs, au cours d’un entretien exclusif accordé à En Toute Sécurité.

« A moyen terme, le collectif n’est pas destiné à survivre à la création du GES, mais nous continuerons à participer aux travaux de réflexion sur l’avenir de la profession durant les six prochains mois. Nous souhaitons notamment être associés aux concertations sur les réformes en cours », explique le dirigeant, en citant notamment l’interdiction de la sous-traitance en cascade et la création d’une garantie financière.

« Le collectif a été un élément moteur pour le rapprochement de l’USP et du SNES  : il a provoqué les premières discussions et a mené de nombreuses actions préparatoires. Ce processus n’aurait pas abouti sans la détermination d’Urgence Sécurité », affirme Patrick Senior. Il rappelle également que le collectif avait émis l’hypothèse que ses membres et ses nombreux soutiens émanant d’entreprises de sécurité auraient quitté l’une des deux organisations n’ayant pas démontré sa volonté de mener l’union de l’USP et du SNES à son terme (voir ETS n°674). Une menace à peine voilée qui a certainement pesé lourd. Ce rapprochement est « un vrai succès auquel personne ne croyait voici seulement 18 mois », estime le dirigeant. Il souligne que Frédéric Gauthey est un des membres fondateurs d’Urgence Sécurité et que le conseil d’administration compte un grand nombre de membres du collectif.

Trois membres d’Urgence Sécurité (BSL, Byblos et Torann) n’étaient ni membre de l’USP ni du SNES et donc pas membre du GES. « Il serait logique d’adhérer au GES », déclare Patrick Senior, qui est PDG de BSL.

Article paru dans le journal En Toute Sécurité daté du 15 juin 2019.

Reproduction avec l’aimable autorisation de la rédaction.

2019-06-26T12:59:31+02:0026 juin 2019|Actualités, Législation, Sécurité|