Continuum de sécurité » : un protocole d’échange d’informations entre la place Beauvau et le secteur privé

À l’heure où les entreprises de sécurité privée prennent de plus en plus de responsabilités, il devient primordial de permettre un « échange d’informations opérationnelles » entre les forces de sécurité intérieure et le secteur privé à l’échelle locale.

C’est pourquoi le ministère de l’intérieur a signé un protocole avec le Snes, l’USP et le CDSE dans les jours à venir qui vise à assurer le « continuum de sécurité ».

Ce dispositif d’échange d’information entre le ministère de l’Intérieur, le Snes, l’USP et le CDSE prévoit la nomination de représentants en local au sein de la police nationale, de la gendarmerie pour le secteur public et des dirigeants d’entreprise de surveillance humaine et des directeurs de la sécurité pour le secteur privé.

La signature de l’accord a donné le coup d’envoi de la concertation sur les propositions du rapport des députés LREM Alice Thourot et Jean-Michel Fauvergue sur le « continuum de sécurité ».

Dans ce rapport, les deux élus mettaient en exergue le besoin « d’associer des sociétés privées de sécurité ainsi que de grands donneurs d’ordre aux comités locaux de sécurité coordonnés par les services de l’État »

Le création d’un réseau de référents permettant l’échange d’informations au sein des forces de sécurité intérieure et des organisations professionnelles de la sécurité privée avait déjà été évoquée par Philip Alloncle, délégué ministériel aux coopérations de sécurité en janvier 2017.

Source : AEF

2019-03-06T13:12:22+02:006 mars 2019|Actualités, Législation, Sécurité|